Questions écologiques et éthiques adressées au streaming vidéo. Réflexions sur l’utilisation du service Peertube par le consortium Canevas

« Quand tu réfléchis à comment je pourrais faire […] un machin qui ne brûle pas 150 watts, mais plutôt 12 watts […] tu fais avancer le merdier. Si vous êtes 2000 à faire avancer le merdier, il avancera plus vite ».
Benjamin Bayart, 8e Rencontres mondiales du logiciel libre, 2007.

1- Contexte technologique

En 1991, Tim Berners Lee et Roger Cailliau inventent le web qui est un réseau organisé autour de deux règles devant permettre son utilisation par le plus grand nombre. (1) Chaque page ou contenu est doté d’un identifiant unique et pérenne ; (2) la circulation entre toutes les pages et tous les contenus du réseau est garantie. Les 5 technologies au cœur de ce projet sont : l’URL (Uniform Resource Locator) qui permet de repérer chacune des pages du web, le protocole de transmission des données HTTP(S) (HyperText Transfer Protocol – Secure), le langage HTML (HyperText Markup Language), le navigateur (utile pour entrer sur le web et y circuler) et le lien hypertexte qui favorise le passage d’une page ou d’un contenu à un·e autre, ainsi que leur référencement.
Ce projet séduit la plupart des réseaux informatiques de communication qui existaient auparavant comme Usenet, Bitnet, Fidonet ou Prodigy. Ils décident alors de se conformer aux standards édictés par le Tim Berners Lee et Roger Cailliau et ils finissent par se connecter au le web donnant naissance à l’internet, une abréviation pour Inter-Network ou, pour le dire autrement : l’interconnexion de réseaux entre eux ; Internet comme « le réseau des réseaux ».
Quand le web voit le jour, le principal réseau de communication d’alors est le réseau téléphonique qui fonctionne de manière centralisée et qui est administré par un opérateur national : France Télécom en France ou AT&T aux États-Unis. Toutes les communications passent donc par ce centre qui est contrôlé par cet opérateur qui va ainsi pouvoir facturer toutes les communications. Le web et Internet ont été conçus pour être distribués et non pas centralisés. Cela veut dire qu’il est technologiquement envisagé de faire disparaître les opérateurs. En effet, un réseau distribué est un réseau qui fonctionne grâce à la collaboration de tous les acteurs qui sont connectés.
Cependant, l’histoire a montré qu’Internet s’est rapidement centralisé. Au départ, la toile était un espace de communication écrite. Les données en circulation ne pesaient que quelques dizaines d’octets. Puis au début des années 2000, soit une petite dizaine d’années à peine après l’invention du web, l’apparition des réseaux sociaux va renforcer les communications multimédias. Avec la circulation de plus en plus massive des images et de la vidéo, dont le poids se compte désormais en mégaoctets, voire en giga-octets, le réseau a besoin d’espaces de stockages très volumineux. C’est ainsi qu’on va voir se multiplier le nombre de datacenters.
Pour avoir un ordre de grandeur en tête, on retiendra que 10 heures de vidéo en haute définition sont aussi lourdes que toute l’encyclopédie Wikipédia en langue anglaise.
Des services d’hébergement, de mise en circulation et de consultation de ces contenus audiovisuels s’imposent : Youtube, bien entendu, mais aussi Viméo ou encore Dailymotion. Avec eux, on voit se déployer un réseau internet centralisé. Mais cette fois-ci ce ne sont plus des opérateurs publics qui sont au centre : ce sont des opérateurs privés qui s’imposent face à des États incapables de légiférer, mais dont il apparaît aussi qu’ils se sont parfois satisfaits de la situation. Une période qui s’accompagnera bientôt d’une montée en puissance de la communication vidéo, notamment autour de l’usage de réseaux comme Periscope, Vine, Instagram ou Tik Tok. Tous ces services de streaming vidéo vont rapidement gagner du terrain, en particulier Youtube, mais aussi les plateformes dédiées à la pornographie (Youporn, Pornhub, etc.). Et bientôt on va voir apparaître des technologies de diffusion de films et de séries en sVoD au premier rang desquels Netflix, Amazon Prime ou encore Disney +.
C’est alors que des questions éthiques et écologiques ont émergé sur la période, d’abord sur la nécessité d’accompagner les populations connectées à reprendre en main la gestion du réseau et en particulier de leurs données ; ensuite pour lutter contre les effets écologiques néfastes que produit la structure d’internet aujourd’hui.

2- Situation écologique et éthique

Le numérique est extrêmement énergivore. Il représente aujourd’hui 5% à 6% des émissions de gaz à effets de serre dans le monde. Des émissions qui sont supérieures à celles du trafic aérien qui compte pour 4% à 5% et presque aussi importantes que celles de l’automobile qui comptent pour 8%. Un secteur du numérique qui est aussi le secteur dans lequel l’augmentation des émissions de CO2 est la plus importante : on sait aujourd’hui que les deux tiers des augmentations d’émissions de CO2 sont dû à la surconsommation électrique et cette surconsommation est très largement causée par les datacenters et les infrastructures numérique.
Sachant, d’une part, que ce sont les vidéos – du fait de leur poids – qui occupent le plus de place dans les dacatacenters et sachant, d’autre part, que la mesure de leur flux a révélé qu’elles représentaient 80% du total des données en circulation sur le réseau, on peut donc en conclure deux choses : d’abord que la surconsommation de données numériques est bien causée par la vidéo. Ensuite, que la vidéo est bien le principal vecteur d’émission de gaz à effets de serre dans le champ du numérique. Les dernières données chiffrées indiquent qu’elle génère un dégagement compris entre 300 et 400 MtCO2/an, soit autant qu’un pays comme l’Espagne.
Ce flux se subdivise comme suit : 34% sont dus à la sVoD dont les deux tiers du seul fait de Netflix. Les 27% suivant de ce trafic sont ceux de la pornographie. Puis il y a les 21% du trafic des « tubes » dont 95% du seul fait de Youtube. Il y a enfin les 18% restants qui correspondent aux flux vidéo provenant des réseaux sociaux, et marginalement de quelques petits services hébergeant des ressources en propre. En France, on a calculé que 53% des gaz à effets de serre produits par l’activité numérique nationale étaient dus à la seule vidéo et notamment à l’activité des datacenters d’Akamai, ainsi qu’à la circulation des contenus gérés par Netflix, Google et Facebook.
De manière imbriquée, d’autres questions sont posées par la vidéo. D’abord, le démarrage par défaut des contenus en haute définition : cela est mal adapté aux pratiques réelles. En effet, les vidéos sont souvent regardées sur des smartphones et ces terminaux ne nécessitent pas ce type de définition. Lors du confinement en 2020, l’état français avait demandé aux grands fournisseurs américains de réduire la qualité des vidéos pour baisser la consommation électrique, mais aussi pour limiter la pollution et cela n’avait pas posé de problème. Netflix et Youtube proposaient alors le lancement par défaut des vidéos en qualité standard (SD).
Il faut également lutter contre le design addictif. On pensera ici au démarrage automatique des vidéos, au scroll infini ou encore à la présence de publicités à l’écran qui incitent au clic. Toutes ces technologies ont pour objectif d’accroître la consommation de contenus et de rendre les usagers captifs. Ce faisant, elles renforcent la saturation du réseau internet, ce qui a un impact écologique négatif qui est indéniable. Il faut savoir que c’est l’équivalent de 120.000 ans de temps de vidéo qui sont visionnés chaque jour sur Youtube et 70% de ces contenus sont regardés en raison des recommandations de la plateforme.

3- Perspectives

En France, les pouvoirs publics sont attentifs à la situation et ils sont en train de réagir en finançant des projets de recherche nationaux. L’infrastructure de recherche (IR*) Huma-num gère une partie de ces fonds publics en accompagnant la constitution de consortiums thématiques qui doivent répondre à trois objectifs : (1) réunir une large communauté d’acteurs ; (2) encourager le développement ou l’identification de technologies numériques expérimentales, interopérables et vertueuses, c’est-à-dire résilientes, éthique et écologiques ;  (3) stimuler des prises de décisions pour améliorer les politiques publiques en matière de numérique.
Canevas est un de ces consortiums. Il réunit des chercheurs en SHS qui travaillent sur des corpus audiovisuels, mais qui réfléchissent aussi à des usages éthiques et écologiques de la vidéo pour la recherche et l’enseignement. Ils encouragent l’usage du service français d’hébergement et de streaming Peertube qui fonctionne (comme son nom le laisse entendre) en pair-à-pair, sur le modèle imaginé par Tim Berners Lee au début d’internet. Toute personne qui veut utiliser Peertube va installer le service sur son serveur personnel et elle va ensuite y déposer ses vidéos. L’interface ressemble à celle de Youtube avec un moteur de recherche qui peut moissonner tous les serveurs existants qui sont équipés de Peertube.
a. Peertube est une technologie open source développée par une communauté de développeurs français issus du monde des technologies libres et qui militent pour qu’internet se développe en dehors des lois du marché ; un internet libre et neutre.
b. Peertube repose sur une architecture distribuée plus résiliente qui facilite la coprésence de technologies, de standards ou de pratiques variées, ce que ne proposent pas les géants du streaming vidéo comme Youtube. Tous les acteurs de ce réseau distribué se redistribuent l’intelligence en remplissant alors une fonction de client et de serveur.
c. Peertube s’inscrit en porte-à-faux avec le design addictif (pas de publicité, pas de lancement automatique des vidéos, pas de recommandation).
d. Grâce à cette technologie, les internautes peuvent conserver leurs vidéos sur leurs serveurs et ainsi ne pas les abandonner à un tiers, comme c’est le plus généralement le cas avec Youtube. Peertube permet également de court-circuiter les géants du web qui sont de plus en plus fréquemment rejetés dans les milieux académiques et éducatifs (l’usage de Peertube est d’ailleurs recommandé par l’éducation nationale depuis 2023 et le déploiement de la plateforme apps.education.fr).
e. Peertube permet ensuite de relocaliser l’hébergement des vidéos en France, ce pays faisant de très gros efforts énergétiques avec ses serveurs, contrairement aux Pays-Bas ou à l’Irlande qui hébergent sur leurs territoires de très grands datacenters très polluants sur lesquels sont hébergés les contenus de Youtube. Les chiffres montrent en effet que ces lieux consomment une électricité dix fois plus carbonée que l’électricité française (493g de Co2 / KwH contre 57,1g de Co2 / KwH en France). Notons toutefois que les bons résultats français sont liés à l’usage majoritaire de l’énergie nucléaire qui pose évidemment d’autres problèmes (risques de fuites, gestion des déchets, etc.). Une relocalisation des datacenters en France qui pose cependant la question de la souveraineté des données et du droit au respect de la vie privée en ligne (ce à quoi l’ensemble des pays européens devrait aujourd’hui réfléchir).
En résumé, Peertube est une technologie qui permet la création d’un écosystème d’hébergement et de consultation des vidéos qui est sécurisé, résilient, éthique, neutre et qui peut parfaitement contribuer à décarboner massivement l’environnement. Des réflexions sur la diffusion et la massification de son usage nécessitent donc de se déployer, en particulier dans les milieux académiques et pédagogiques particulièrement vigilants et toujours plus réticents face aux technologies propriétaires, et plus spécifiquement face à Youtube dans le champ de la vidéo.

Références

Andrae, A., Tomas, E. (2015). « On Global Electricity Usage of Communication Technology: Trends to 2030 ». Challenges, 6-1, p. 117‑57. https://doi.org/10.3390/challe6010117.
Andrae, A. (2019). « Projecting the Chiaroscuro of the Electricity Use of Communication and Computing from 2018 to 2030 ». https://doi.org/10.13140/RG.2.2.25103.02724.
Clark, L. (2014). « Tim Berners-Lee: We Need to Re-Decentralise the Web ». Wired. https://www.wired.co.uk/article/tim-berners-lee-reclaim-the-web.
Dutton, W.H. (2011). « The Politics of Next Generation Research Democratizing Research-Centred Computational Networks ». Journal of Information Technology 26-2, p. 109‑119. https://doi.org/10.1057/jit.2011.2.
Efoui-Hess, M. (2019). « Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne. Un cas pratique pour la sobriété en ligne ». The Shift Project. https://theshiftproject.org/article/climat-insoutenable-usage-video
Bayart, B. (2007). Internet libre, ou Minitel 2.0 ? Conférence durant les 8e rencontres mondiales du logiciel libre, Amiens. https://www.youtube.com/watch?v=AoRGoQ76PK8.
Márton, A. (2022). « Steps Toward a Digital Ecology: Ecological Principles for the Study of Digital Ecosystems ». Journal of Information Technology 37-3: 250‑65. https://doi.org/10.1177/02683962211043222.
Musiani, F. (2021). « Les “nains” de l’Internet sont-ils écologiques ? Réflexions historico-environnementales sur les architectures de réseau décentralisées ». Atelier Réseau ACDD « Le numérique face à la transition écologique ». https://hal.science/hal-03140631/file/Musiani_AtelierACDD-27janv.pdf.
Musiani, F., Méadel, C (2016). « “Reclaiming the Internet” with Distributed Architectures: An Introduction ». First Monday. https://doi.org/10.5210/fm.v21i12.7101.
Bronner, G. (2022). « Les lumières à l’ère du numérique », Rapport remis au président de la République française. https://www.vie-publique.fr/rapport/283201-lumieres-l-ere-numerique-commission-bronner-desinformation.
Suski, P., Pohl, J. Frick, V. (2020). « All You Can Stream: Investigating the Role of User Behavior for Greenhouse Gas Intensity of Video Streaming ». In Proceedings of the 7th International Conference on ICT for Sustainability, p. 128‑138. https://doi.org/10.1145/3401335.3401709.
« The Global Internet Phenomena Report ». Sandvine, 2018. https://www.sandvine.com/hubfs/downloads/phenomena/2018-phenomena-report.pdf
Verborgh, R. (2019). « Re-Decentralizing the Web, For Good This Time ». https://ruben.verborgh.org/articles/redecentralizing-the-web/.
Wu, D., Hou, Y.T., Zhu, W., Zhang, Y.Q., Peha, J.M. (2001). « Streaming Video over the Internet: Approaches and Directions ». IEEE Transactions on Circuits and Systems for Video Technology 11-3, p. 282‑300. https://doi.org/10.1109/76.911156.

suivre le consortium :



Citer ce billet
Michael Bourgatte (2024, 24 janvier). Questions écologiques et éthiques adressées au streaming vidéo. Réflexions sur l’utilisation du service Peertube par le consortium Canevas. Consortium Huma-Num CANEVAS. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnzv

Par Michael Bourgatte

Michael Bourgatte est Professeur à l'Institut Catholique de Paris. Ses recherches portent sur les cultures audiovisuelles et la vidéo numérique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search